Didier Verhille - France

Didier Verhille

didierverhille11@gmail.com
http://www.wowouj.com
http://www.didierverhille.com/tortures

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Monsieur le Juge,

L’article 5 de la déclaration universelle des droits de l’homme consacre
l’une des valeurs les plus fondamentales d’une société démocratique,
puisqu’il déclare que : Nul, même les handicapés neurologiques et
mentaux, ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements
inhumains ou dégradants, ni à des ondes ionisantes. Nul ne peut être
pris pour un fou en citant la vérité, ni pour un cobaye.

Je vous rappelle que le terme « torture » désigne tout acte par lequel
des douleurs ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont
intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir
d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la
punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est
soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle
ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour
tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit.

Pendant de nombreuses années, j’ai été soumis à des tortures, à des
peines et à des traitements cruels, dégradants, et inhumains induits par
des champs électromagnétiques intenses de divers longueurs d'ondes à
énergies dirigées provenant de technologies militaires avancées
appartement au pouvoir central du renseignement français lié au
ministère de la défense française et au ministère de l'intérieur. Ces
tortures ont toujours été maquillées en troubles mentaux au nom de la
raison d’état. Une victime innocente qui dénonce des actes de tortures
en France est vue comme un délinquant à la débauche, un terroriste ou un
schizophrène bon à enfermer. En France, les auteurs d'actes de
terrorismes ont le droit à la reconnaissance en tous lieux de leurs
personnalités juridiques. Ils sont bien mieux protégés qu'une victime
innocente de tortures par ondes nocives à énergies dirigées provoquées
par des agents de l'État français.

Je soussigné, monsieur Didier VERHILLE, né le 15 mars 1967 à Bailleul,
demeurant rue Roger Bouvry à Seclin, déclare porter plainte contre X
pour tortures cruelles, dégradantes, inhumaines et prolongées par
rayonnements électromagnétiques à énergies dirigées intenses sur ma
personne ainsi que contre les personnes qui seront identifiées par
l'enquête. Coupable de torture par rayonnements électromagnétiques, le
pouvoir central du renseignement français lié aux ministères de la
défense française et de l'intérieur m'accuse d'allégations mensongères
et abusives. Il me menace de dénonciations calomnieuses, de poursuite
des tortures par ondes à énergies dirigées sous le couvert du secret
défense ou d'enfermement en psychiatrie pour débauche.

Restant à votre disposition pour toutes informations complémentaires, je
vous prie de croire, Monsieur le Juge, en l'assurance de ma
considération respectueuse.

Didier VERHILLE

 

Sources : http://fr.soc.politique.narkive.com/EHjxgwS2/didier-verhille-vous-parle et https://groups.google.com/forum/#!topic/fr.sci.philo/EPU9lhWEGQA

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TORTURES EN FRANCE PAR DISPOSITIFS A ENERGIE DIRIGEE ET PSYCHOTRONIQUES. TENTATIVES DE MEURTRE.

Monsieur,

Par ma lettre , je ne souhaite pas vous importuner de questions ou de demandes étranges, sur l’existence d’armes électromagnétiques confidentielles de très grandes longueurs d’onde en Europe, qui ne sont pas de vos compétences et dont vous ignorez probablement l’existence, mais je recherche des informations sur des armes létales lisant la pensée humaine à distance. Connaissez-vous des lieux secrets de renseignement, d’écoute et de transmission, par voie terrestre ou satellitaire, de la pensée humaine, qui utilisent des ondes cérébrales et intelligentes, et qui sont opérationnelles en France et dans certains pays européens, depuis plusieurs décennies ?

Ces connexions à distance sur le champ bioélectrique propre d’une personne par un super ordinateur piloté par des agents secrets, à la manière d’un téléphone portable au réseau de communication, peuvent servir à écouter, à manipuler, à influencer ou à altérer le corps humain, l’encéphale, et la pensée humaine. Je recherche aussi des témoignages sur des nanotechnologies volatiles, inodores, magnétisantes et dangereuses pour la santé, qui font réagir, biologiquement, chaotiquement et schizophréniquement, le corps et l’esprit humain soumis à certaines ondes autorisées par l’ARCEP, quand ces nanotechnologies volatiles sont inhalées par l’organisme de la victime.

Dans le passé, j’ai subi des préjudices et des tortures, physiques et mentaux, induits par des rayonnements électromagnétiques ionisants, intelligents et furtifs, maquillés en troubles mentaux, au nom de la raison d’état. Pourtant, j’aime la France et ses gens, mais surtout pas ceux qui m’ont torturé et pris pour un cobaye téléphonique. Ces lieux secrets de transmission humaine par ondes EEG se connectant au champ bioélectrique d’une personne, ondes parfois ionisantes, toujours opérationnelles, indétectables de nos jours par les autorités judiciaires et de contrôle civil, et nuisibles pour la santé, peuvent lire et manipuler facilement à distance, les pensées et les informations contenues dans la mémoire d’une personne. La personne au champ bioélectrique unique est vue comme un émetteur-récepteur. Ces ondes peuvent la traquer à distance, même en public. Avec des ondes EEG nocives et intelligentes plus énergétiques, ces lieux secrets de transmission et d’écoute de la pensée humaine peuvent torturer furtivement une personne à distance, rayonner un avion en vol, pour le détruire sans mettre d’informations dans la boîte noire ou conditionner une personne à haïr une religion, un Etat comme la France ou des personnes. Certaines ondes énergétiques EEG, parfois ionisantes, provenant de ces lieux secrets, peuvent amener deux personnes à faire l’amour pour transmettre le sida, pousser à l’agression sexuelle, rompre une relation amoureuse ou amicale, tuer ou handicaper un fœtus, stériliser une personne, rendre très agressif un animal, induire des hypertensions et des hypotensions artérielles dangereuses pour la santé, induire des cancers comme la leucémie, provoquer des atrophies musculaires, faire fondre votre force musculaire sur la durée, provoquer artificiellement des crises cardiaques ou des épilepsies.

D’autres ondes militaires, ionisantes et intelligentes, peuvent perturber ou détruire facilement votre ordinateur ou votre téléphone mobile. Elles peuvent manipuler vos coordonnées GPS ou vos communications téléphoniques. Elles peuvent vous leurrer sur le contenu de vos messages Internet, en modifiant leurs sens, au moment de la transmission. Elles peuvent modifier le sens de certaines de vos pages web, avant leur arrivée chez l’hébergeur.

Certaines ondes EEG peuvent détériorer vos organes vitaux ou votre encéphale, induire des cancers, brûler votre peau par « effet de peau », faire siffler votre encéphale, provoquer des déshydratations de votre organisme, vous rendre temporairement agressif ou végétatif. Elles peuvent vous rendre dépressif ou psychotique, altérer vos neurones, provoquer des symptômes neuromusculaires sévères, réduire votre capacité de raisonner, vous faire échouer à un examen ou à un concours, brouiller votre pensée ou votre vue, diminuer vos stimuli, vous faire endurer des douleurs, affaiblir vos sens, supprimer vos instants de bonheur, réduire votre espérance de vie ou tenter de vous donner des idées obsédantes de suicide ou de meurtre. Comme un vent sec qui déshydrate une surface, le souffle de ces ondes modifient la température de votre organisme et assèchent, par sudation et par échauffement de vos cellules, votre organisme en eau.

Météorologue de formation, le bruit électromagnétique, induit par ces ondes EEG, a parfois perturbé le bon fonctionnement des radars météorologiques, ainsi que le bon fonctionnement de certains capteurs météorologiques, en communication avec leurs systèmes de mesure automatisés. Une personne des services secrets se sentant au-dessus des lois, perverse et éprouvant du plaisir infini à écouter et à torturer autrui, se complaît toujours du malheur et de la souffrance de sa victime et de son environnement.

En 1993, un projet secret nommé « Les deux colonnes de saphir nocturne » voit le jour. Ce projet de manipulation mental des hommes, des systèmes électroniques et de poursuite à distance d’une personne, avec des ondes EEG se connectant au propre champ bioélectrique d’une personne, consiste à transformer une réalité par une réalité-délirante. Les attentats du « 11 » montrent bien la grande facilité des terroristes psychorigides, même maladroits, nombreux et peut-être aidés par des ondes EEG, à agir simplement et en toute tranquillité. Ces ondes nocives et intelligentes sont capables de neutraliser à distance, pendant quelques instants, un portique de sécurité d’un aéroport, d’inhiber certains systèmes de filtrage et de sécurité et de détourner ou d’inhiber l’attention de certains agents de sécurité ou de surveillance.

Des ondes EEG de forte énergie, venant de satellites espions géostationnaires et pouvant provoquer les symptômes de l’AVC (perte de la motricité, perte de la sensibilité, trouble du langage, perte de la vue, perte de connaissance) sont également à l’origine de la mort de deux présidents africains et de la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, pour le plus grand bonheur de tous ses habitants. Bien programmées, ces ondes EEG, connectées au champ bioélectrique de la victime, peuvent donner, chez la victime, des idées, qui occupent ou obsèdent son esprit, au point de l’inciter à commettre des actes répréhensibles (agressions, violences) pouvant aller jusqu’au crime ou à la haine d’une religion, d’un Etat, comme la France, ou d’une personne. Des informations souterraines, qui m’ont été confirmées oralement par des personnes anonymes, sous l’un des gouvernements de Jacques CHIRAC, m’ont fait savoir qu’une organisation criminelle secrète et corrompue, liés à la DCRI, à la DGSE, à la Défense française, cherche à assassiner des personnes de manière furtive, en les ionisant avec des ondes nocives et intelligentes provenant d’un réseau de satellites espions appartenant à la Défense Française. Dans une démocratie, aussi puissante soit-elle, où les gouvernements sont aveugles sur l’existence de cette nouvelle dimension de l’intelligence, le manipulateur par ondes est roi. Le pouvoir et le président d’un pays peuvent devenir des pantins, pour le malheur de tous ses habitants. Si, un jour, ces ondes pouvaient se connecter au champ bioélectrique de tous les habitants de la terre, elles pourraient devenir la dimension du contrôle inconscient de l’esprit par quelques individus, dans laquelle la vie est moins que la vie et chacun moins que lui-même.

Pour la DGSE/DST, le maintien d’une cible vivante sous des rayonnements électromagnétiques est devenu un sport international. Peuvent participer tous ceux qui connaissent ces canaux électromagnétiques militaires, sous lesquels se produisent des tortures par ondes. Ces tortionnaires et harceleurs par ondes de la DGSE/DST, toujours impunis de nos jours, envoient souvent, de façon automatique, vers l’encéphale de leur victime, des ondes radars de voix perverses chantant en « sardine » des fragments de La Marseillaise. Ces ondes nocives, à la voix profane et désobligeante, cherchant à calomnier des personnes et contenant de fausses vérités, inhibent la pensée critique de la victime, pour la pousser à la perversion contre ces personnes. Ces pervers narcissiques de la DGSE/DST, se disant patriotes, cherchent toujours à poser l’État français en victime. Ainsi, ils se donnent le droit de rayonner leur victime, avec des ondes nocives et intelligentes, au nom de l’État français. Leur tactique ultime, basée sur la menace et la discrédibilité, est d’emballer la police et la justice, pour faire passer la victime pour une folle et irresponsable de ses actes. Dans la peur et la souffrance, la victime dépose des plaintes à répétition. La répétition de plaintes en diminue la gravité et elles deviennent peu crédibles pour la police. Nous savons tous qu’une personne, vue comme dangereuse et menaçante par les autorités judiciaires, est facile à écarter de la société. Ces pervers narcissiques de la Défense Française se donnent toujours le beau rôle d’être bons et dévoués pour les gens. Leur uniforme, synonyme de protecteur de la France, induit une croyance fausse qui convainc l’autre. Ces mensonges, sous le couvert du « secret défense », importent peu pour ces tortionnaires et harceleurs par ondes nocives et intelligentes. En utilisant des ondes militaires, ils usent de la santé de leur victime, à répétition, pour la faire sombrer dans l’angoisse, la dépression et la leucémie. Ils ne cesseront pas de semer le doute sur l’honnêteté de la victime, jusqu’à sa mort. Ces agents de la DGSE/DST sont de véritables caméléons, aptes à miner la vie privée de leur victime dans l’ombre, par leurs connaissances militaires et surtout par l’utilisation d’armes hautement technologiques.

D’après le Portugal, certains tortionnaires sadiques et imprévisibles de la Défense Française, tous de sexe masculin, ont éprouvé une jouissance extrême à rayonner des femmes en Europe par ondes, à la manière d’un téléphone portable connecté à son réseau de communication. Tous obsédés de tortures par ondes nocives et intelligentes, incapables de relation véritable et sentimentale, ces tortionnaires misogynes de la DGSE/DST, prisonniers et frustrés dans un cloisonnement militaire secret, aiment chosifier les femmes, pour s’amuser un peu avec elles avec des ondes. Incapables d’aimer, leurs victimes sont des objets de jeux, de convoitise et de plaisir. Certaines femmes, trop maternelles, aimantes, dévouées et gentilles, sont perçues comme des êtres faibles par le prédateur renfermé et d’existence vide. Étant des proies faciles, certaines femmes ont été torturées par des ondes nocives et intelligentes, pour les pousser à la dépression ou au suicide. Le Portugal et l’Italie ont respectivement recensé plusieurs cas de femmes victimes d’ondes nocives et intelligentes, provenant de satellites militaires de la Défense Française. Si un homme clairvoyant cherche à défendre une femme victime de tortures par ondes en disant la vérité, ces manipulateurs pervers s’approprient des qualités de la victime, pour reporter sur elle leurs propres perversions.

Sous un champ électromagnétique, la vue peut être extrêmement affaiblie, la concentration peut être confuse. Rouler sur deux roues multiplie les risques et les périls. “Si j’ai l’occasion, j’aimerais mieux mourir de mon vivant”, disait Coluche. Des “MENGELE” de la Défense Française, liés à la DGSE/DST, se sont livrés à de nombreuses expériences, à distance, sur des êtres humains avec des ondes nocives et intelligentes. Ces « MENGELE » militaires à la sauce française ont travaillé sur la dégradation lente de l’organisme humain soumis à des ondes nocives et intelligentes, pendant de longues années. Ces vingt-cinq dernières années, ils ont pratiqué un certains nombre d’expériences atroces sur des êtres humains soumis à des ondes nocives et intelligentes de forte énergie sur une longue durée. Voici une brève liste des expériences réalisées par la Défense Française : tester la résistance de l’organisme aux ondes intenses, étudier la décalcification osseuse, chercher à atrophier et à modifier le corps humain, étudier les effets hallucinogènes des ondes, étudier les effets psychiques et les altérations de la perception, étudier la modification de l’organisme dans le temps, étudier la stérilisation, par assèchement, des hommes et des femmes, étudier la privation de sommeil, étudier l’assèchement de l’organisme en eau, ralentir ou accélérer le rythme cardiaque, étudier la dégradation à long terme de la santé, ainsi que bien d’autres expériences atroces. Pendant de nombreuses années et ,contre mon gré, ces “MENGELE” de la Défense Française ont réalisé en secret un certain nombre d’expériences barbares sur mon organisme, sans avoir jamais exprimé le moindre regret.

Malheureusement, j’ai obtenu peu d’information et de témoignage sur ces armes électromagnétiques évoluées et intelligentes, de grandes longueurs d’onde, d’écoute et de lecture de la pensée humaine, excepté lors de certains de mes séjours à Londres et au Portugal. La Défense Française, avez-vous quelque chose à déclarer à la police pour indemniser les victimes ?

En France, les tortures par ondes EEG sont couvertes par le « secret défense ». Avez-vous dans vos fichiers des reliquats d’informations, des débuts de pistes, des témoignages de victimes ou des témoignages sur l’existence de ces armes électromagnétiques de haute technologie, par voie terrestre ou satellitaire, qui permettent d’écouter, de lire, de manipuler et d’influencer la pensée humaine à distance ? Ces armes évoluées ont déjà coûté la vie à plusieurs personnes dans le passé. Ces renseignements m’intéressent pour mes futurs mémoires et actions en justice, comme sujet et victime oubliée, sur cette partie sombre et méconnue de l’histoire de France, de l’Europe et du monde ? Est-ce que sur des diagnostics médicaux suspects, qui ont été maquillés en troubles mentaux en France (schizophrénie, persécution, paranoïa) par des services secrets, vous avez des témoignages de patients, de victimes, se plaignant de persécution, de lecture de la pensée ou d’influence cognitive par “gazondes”ou “nanozondes” ? Avez-vous des renseignements sur des agences gouvernementales d’armement faisant des recherches secrètes sur des êtres humains, pour l’évolution future de l’armement dans le monde ? Où puis-je trouver les listings contenant des détails sur les longueurs d’onde, les énergies et les durées rayonnées sur ma personne ?

Dans le passé, lors d’un bref séjour aux Pays-Bas, mon ordinateur wi-fi a affiché de lui-même des pages web prônant la doctrine nazi. Ces pages éphémères ont disparu d’elles-mêmes, sans laisser de trace sur mon navigateur web. Au même moment, des ondes brûlaient ma peau. Qui a pu m’envoyer des ondes wi-fi de forte énergie, venant peut-être de loin, contenant des messages odieux et hostiles pour ma personne ? Mon ordinateur a-t-il conservé des traces de ces sites web ? Quel genre d’information a-t-on voulu introduire définitivement dans mon ordinateur ? Les jours suivants, la DST néerlandaise m’a pris en filature. Malgré ma grande gentillesse, je suis devenu un individu dangereux pendant quelques jours pour les Pays-Bas. Pour se débarrasser d’une victime, en vacances à l’étranger, la DGSE/DST française, maître des ondes militaires de toutes couleurs en Europe, a la fâcheuse tendance, par la désinformation et la manipulation des ordinateurs, de la faire passer pour un agent secret ou un individu dangereux nuisant aux intérêts du pays. Cette victime, harcelée et mise en danger, prise en filature par les services secrets du pays, se fait surveiller, harceler et persécuter par des agents soupçonneux et gardant leurs distances vis-à-vis d’elle. Sans jamais avoir été un agent secret ni un individu dangereux, j’ai vécu ce type de persécution dans d’autres pays européens, comme le Portugal, l’Angleterre et l’Italie. A la fin de mes vacances, pour s’excuser de ces bévues hâtives et manipulées par la DGSE/DST française, ces fantômes de l’ombre, qui m’avaient suivi, ont laissé des messages d’information abandonnés sur mon chemin, avant que je ne rentre en France, pour me venir un peu en aide. Et oui, j’ai vu certains agents secrets de ces pays européens, cherchant à communiquer avec moi, se faire un peu harceler par des ondes satellitaires.

Ayant été victime de tortures et de brutalités prolongées par harcèlement électromagnétique nocif et intelligent de très basses fréquences, provoquant de fortes et cruelles souffrances physiques et mentales, je n’ai jamais su l’identité de mes agresseurs de l’ombre, ni leurs motivations pour me torturer et écouter mes pensées avec des ondes EEG nocives et intelligentes. Auriez-vous des sources ou des témoignages à me fournir sur ces criminels de l’ombre ? Auriez-vous aujourd’hui la capacité d’identifier les auteurs impliqués dans ces faits de tortures physiques par ondes EEG nocives et intelligentes sur ma personne ? Auriez-vous des éléments d’information pour identifier d’autres personnes, agissant autrement qu’avec l’aide des ondes, pour émettre des leurres et pour effacer toutes traces sur la victime et sur les tortionnaires par ondes nocives et intelligentes pouvant incriminer l’Etat français de crime contre l’humanité ?

Dans le passé, la DGSE/DST m’a accusé à tort de nuire aux intérêts de la France, pour obtenir une autorisation clandestine d’un Ministre français de me rayonner d’ondes nocives et intelligentes. Leur mission a été de détruire ma personnalité et ma santé. Un fond secret de l’ordre de deux cent cinquante mille euros par personne a été dédié au financement des agents de l’État français chargés de me faire disparaître et d’étouffer l’affaire. Les responsables les plus privilégiés ont même perçu l’équivalent de deux maisons bien achalandées. De telles sommes d’argent ne valent-elles pas la peine de faire des efforts, pour me faire disparaître de la société française ? Il est acquis que tous les États, y compris les démocraties, se doivent de disposer de services dont l’existence est officielle, mais dont le fonctionnement est protégé par le plus grand secret. La France ne fait pas exception à la règle, et la simple logique veut qu’une partie de ses budgets échappe aux lois usuelles de la gestion des fonds publics. Hélas, certains de ces fonds secrets ont servi pour me torturer cruellement avec des ondes nocives et intelligentes. L’arme ultime pour faire disparaître, efficacement et sans aucune trace, un homme en France : les services secrets de la DGSE/DST. Ce sont des criminels de la DGSE/DST, habilités à torturer et à tuer, qui s’enrichissent en détruisant la personnalité et la santé de personnes innocentes avec des ondes nocives et intelligentes, à la demande de certains hommes de pouvoir.

Sans l’identification des auteurs de ces tortures injustifiées, par ondes EEG nocives et intelligentes, abusant de ma gentillesse, de ma fragilité, de ma vulnérabilité et de mon handicap, sans l’établissement d’un faisceau de preuves techniques et scientifiques, sans connaissance du lieu de provenance de ces ondes de très grandes longueurs d’onde, seul avec un sentiment d’infériorité et de peur, je ne pourrai jamais éclairer la justice dans la reconstitution des faits de torture, des peines et traitements cruels, inhumains et dégradants sur ma personne.

L’article 3 de la déclaration universelle des droits de l’homme consacre l’une des valeurs les plus fondamentales d’une société démocratique, puisqu’il déclare que : Nul, même les handicapés neurologiques et mentaux, ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants, ni à des ondes ionisantes. Nul ne peut être pris pour un fou pour sa franchise, ni pour un cobaye.

Je vous rappelle que le terme « torture » désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne, aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit.

Sujet, malgré moi, dans les années 80, de scientifiques irresponsables financés par des agences gouvernementales d’armement, puis devenu handicapé neurologique et mental à plus de 2/3, à cause de tortures et de brutalités par ondes EEG, très énergétiques, connectées sur mon champ bioélectrique pendant de nombreuses années, humilié psychologiquement, avili, rayonné dans certaines zones militaires et policières protégées, en France et non reconnu comme victime pour ces préjudices et ces violences corporels et mentaux graves par la justice française et par l’État français, je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Didier Verhille

 

Source : http://rudy2.wordpress.com/a-tortures-en-france-par-dispositifs-a-energie-dirigee-et-psychotroniques-tentatives-de-meurtre/

Commentaires (1)

zombie
  • 1. zombie | 29/09/2016

Les acouphènes une conséquence méconnue de la pollution électromagnétique.

27 Mai 2013 | Dans Santé : Recherche scientifiques

La radiotéléphonie et les transmissions numériques sont encore une fois mises en cause.

Depuis quelques mois, la présidence du CEPHES est confrontée à une recrudescence de ces manifestations particulières de la pollution hertzienne que sont les acouphènes, terme qui désigne l’un des effets spécifiques des radiofréquences et hyperfréquences sur l’organisme des mammifères supérieurs.

Aussi nommé « Effet auditif des micro-ondes », le phénomène des acouphènes se caractérise par des stimuli auditifs qui peuvent varier d’une personne à une autre. Le plus souvent, il s’agit de bourdonnements, de cliquetis ou de sifflements.

Pratiquement inconnu du corps médical, ce phénomène peut cependant affecter une part non négligeable de la population que le CEPHES estime à au moins 4 ou 5 %. Soit plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes sur l’ensemble de la population d’une grande ville.

Jusqu’au début des années 90, il était relativement rare de rencontrer des hommes ou des femmes qui se plaignaient d’acouphènes générées par des hyperfréquences (le premier cas qui ait été dûment identifié par D. Depris, président du CEPHES et expert international – remonte au milieu des années 80). Cela tenait à la fois de la méconnaissance du phénomène et du niveau général de pollution hertzienne qui était encore relativement peu important dans les grands centres urbains.

Avec l’utilisation de plus en plus généralisée des micro-ondes (hyperfréquences de 300 MHz à 300 GHz), le nombre de personnes exposées s’est accru considéra-blement. C’est ce qui tend à expliquer que l’on puisse identifier de plus en plus de cas au sein de la population générale depuis quelques années. On peut notamment incriminer la radiotéléphonie cellulaire (GSM, DCS, PCS,…) et le problème devrait encore s’aggraver avec la mise en exploitation des nouvelles technologies hertziennes (UMTS, Wlan, bluetooth, TNT,…).

Le phénomène des acouphènes a été identifié dès les années 50 par les médecins militaires qui examinaient des opérateurs et des techniciens affectés aux systèmes radar. La littérature médicale demeure cependant très limitée sur ce sujet particulier. On trouvera cependant un résumé du problème dans l’ouvrage que l’OMS a publié en 1985 sous le titre «La protection contre les rayonnements non ionisants» (n° 10 de la série européenne – OMS Copenhague).

Le chapitre 4 (*) de cet ouvrage est consacré aux radiofréquences et aux hyperfréquences. Aux pages 138 et 139, on peut lire ce qui suit : « L’effet auditif des micro-ondes est un cliquetis ou une vibration ressentis dans la tête et produits par les MO pulsées de densités de puissance assez faibles. Selon Frey (127,128), la réaction acoustique aux MO pulsées serait le résultat d’une stimulation corticale ou nerveuse directe, et dénoterait donc un effet direct non thermique de ces ondes sur le cerveau. Des recherches plus récentes ont cependant montré qu’il s’agissait d’un phénomène d’expansion thermoélastique (125,152, 206,207).

Foster et Finch (125) ont proposé une théorie de thermoélasticité pour expliquer la sensation auditive produite par les MO pulsées. Ils ont observé que, dans l’eau, ces ondes produisaient des pressions acoustiques passagères dont les crêtes d’amplitude, dans la gamme des fréquences audibles de 200 Hz à 20 KHz, dépassent largement le seuil de perception par conduction osseuse. Selon cette théorie de la thermoélasticité, une partie de l’énergie incidente est convertie en chaleur durant l’absorption des MO par un tissu, ce qui crée un gradient spatial de température, perpendiculaire à la surface. Ce gradient, du fait de l’expansion thermique rapide, provoque des contraintes dans le matériau diélectrique (tissu) et entraîne la production d’ondes de pression acoustique qui se propagent à partir de la surface. Dès que le signal acoustique est détecté au niveau du limaçon par conduction osseuse, il est perçu de la même manière que les stimuli auditifs classiques. Comme la pression acoustique calculée à la surface du crâne dépasse largement le seuil d’audition et que son amplitude est plus grande que celle des pressions rayonnées ou de la force d’électrocontractilité (77,125,152,206,207), il semble bien que le mécanisme de conversion thermoélastique soit la cause la plus probable de la sensation auditive provoquée par les MO chez les mammifères ».

Ce texte n’a pas été repris dans la réédition de 1991 (même titre n°25 de la série européenne), les experts de l’OMS s’étant contenté d’évoquer très succinctement le problème à la page 162 où l’on peut lire que : « …le phénomène d’audition des radiofréquences peut être considéré comme athermique ou microthermique car l’élévation de la température est très faible (pas plus de 10-5 °C). Toutefois, les effets auditifs des micro-ondes pulsées sont décrits par un modèle dans lequel une expansion thermique rapide déclenche une onde acoustique dans la tête… ».

(*) Chapitre rédigé sous la direction du Pr S.M. Michaelson, professeur au département de biologie et de biophysique des rayonnements à l’Ecole de médecine et d’art dentaire de l’Université de Rochester (NY –USA).

L’effet auditif des micro-ondes est l’un de ceux qui a été dûment identifié et décrit par les spécialistes depuis plus de 40 ans. Rappelons notamment que Frey a publié sur ce sujet dès 1960. Son article intitulé « Auditory system response to RF energy » a été publié en 1961 dans la revue « Aerospace medicine ». En 1962, il avait publié « Human auditory system response to modulated electromagnetix energy » dans le « Journal of applied physiology ». Les autres travaux mentionnés par l’OMS (Guy et Lin) datent des années 70.

Les acouphènes constituent un modèle d’interaction ne nécessitant que de très faibles niveau d’énergie mais cependant capables de générer des effets pervers par réaction microthermique. Selon Daniel Depris, ce modèle pourrait s’appliquer à d’autres effets biologiques néfastes, notamment par la création de micro-courants de Foucault au sein des tissus organiques. C’est en tous cas, l’hypothèse générale que le président du CEPHES avait émise dès le début des années 80. Elle permettrait d’expliquer la plupart des effets « non thermiques » (ou « athermiques » ou « spécifiques ») générés par les rayonnements non ionisants de faible niveau.

On ne peut donc nier le fait que, chez certaines personnes, les rayonnements de courte longueur d’onde peuvent produire des effets auditifs spécifiques. Il s’agit d’ondes modulées et surtout pulsées comme le sont les ondes radar ou celles que génèrent les systèmes de transmission par paquets numériques (comme la radiotéléphonie cellulaire).

Malheureusement, comme indiqué plu haut, le corps médical n’est pas conscient de ce problème et lorsqu’une personne affectée par des acouphènes consulte un médecin, généraliste ou spécialiste, elle n’obtient aucun réponse valable à son problème.

Il faut aussi savoir que l’on ne peut résoudre ce problème qu’à la source, autrement dit en supprimant la source de rayonnement ou en s’en éloignant suffisamment. Pour les sujets affectés par le phénomène d’audition des MO, l’utilisation d’un téléphone portable est à proscrire.

La trop grande proximité vis-à-vis d’un relais de radiotéléphonie ou d’une source quelconque de micro-ondes pulsées (ou modulée par train d’impulsions) peut être à l’origine d’acouphènes avec, pour conséquences secondaires, des troubles nerveux plus ou moins graves.

Notons enfin qu’à côté des acouphènes, on connaît aussi les phosphènes que génèrent les champs magnétiques. Ces phénomènes se caractérisent par des hallucinations visuelles, généralement des éclairs ou des sphères lumineuses. Mais ils ne se manifestent que pour des valeurs d’induction magnétique élevées (de l’ordre du millitesla) alors que les acouphènes peuvent être perçues pour des niveaux de densité de puissance très faibles.

Pour plus de précisions en ce qui concerne les effets spécifiques des radiofréquences, hyperfréquences, champs électriques et champs magnétiques, on peut s’adresser à la présidence du CEPHES.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 25/01/2014