Hugues Aufrey - Le Petit Âne Gris

Chanson tristounette qui a bercé mon enfance au coin du feu de camp des colonies de vacances de l'Odel Var. Elle est remontée à la surface lorsque le besoin s'est fait sentir de fredonner un air calme à un proche petit bout de chou. Cependant, au passage, cerveau câblé pour cela oblige, j'ai percuté sur un couplet qui, encore et encore, expose une réalité qui semble avoir court depuis des lustres, puisque le morceau date de 1968. Voici donc l'intégralité du texte et en gras celui qui a happé mon attention à la première réminiscence :

---

Ecoutez cette histoire,
Que l'on m'a racontée
Du fond de ma mémoire
Je vais vous la chanter.

Elle se passe en Provence
Au milieu des moutons
Dans le Sud de la France
Au pays des santons.

Quand il vint au domaine
Y avait un beau troupeau
Les étables étaient pleines
De brebis et d'agneaux

Marchant toujours en tête
Aux premières lueurs
Pour tirer sa charrette
Il mettait tout son coeur.

Au temps des transhumances
Il s'en allait heureux
Remontant la Durance
Honnête et courageux

Mais un jour de Marseille
Des messieurs sont venus
La ferme était bien vieille
Alors on l'a vendue.

Il resta au village
Tout le monde l'aimait bien
Vaillant malgré son âge
Et malgré son chagrin

Image d'Evangile
Vivant d'humilité
Il se rendait utile
Auprès du cantonnier.

Cette vie honorable
Un soir s'est terminée
Dans le fond d'une étable
Tout seul il s'est couché

Pauvre bête de somme
Il a fermé les yeux
Abandonné des hommes
Il est mort sans adieu.

Cette chanson sans gloire
Vous racontait la vie
Vous racontait l'histoire
D'un petit âne gris.

---

"Des messieurs" qui sont venus ? Hummm, ça me rappelle vaguement quelque chose... Puis la ferme a été vendue... Ca aussi cela semble raccord avec une certaine histoire... Et enfin "Un jour de Marseille" ? Département numéro 13, pourtant elle est grande la Provence... Avec la mienne bien évidemment, mais pas seulement. Les messieurs font référence aux hommes en noir, Marseille fait référence au 13 et donc au pouvoir secret, et enfin la vente de la ferme est consécutive à leur passage. La fin de l'agriculture traditionnelle dans notre belle région après-guerre, comme le dit wikipédia, n'est pas due à la bonté du Saint Esprit mais à des volontés de tout en haut.

Et le boulot continue de nos jours puisqu'ils sont passés chez moi aussi, à la maison familiale que j'ai réussi à garder dans le cadre de la succession de mon père et ceci sans crédit. Nous ne devons donc rien aux banquiers ce qui est encore pire que d'être à leur merci. Une mini source de pouvoir indépendant qui ne doit en aucun cas le rester. Je n'y rédige aujourd'hui plus beaucoup pour diverses raisons (Peu de retours sur mon travail, manque de capacités intellectuelles, utilisation de mon temps et énergie dans d'autres domaines etc.), toutefois c'est dans ce blog que la vérité est consignée ainsi que les évènements marquants à venir qui ne manqueront pas, je peux vous l'assurer, de vous prouver que ma parole dans ce cadre est pertinente.

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07/03/2015