Ghost rider 2 (2011)

Deux passages m’ont frappé par rapport à l’insertion de messages reflétant la réalité observée par le pouvoir secret dans les œuvres (je n’ai pas encore pris le temps d’extraire les passages du film mais ce sera fait prochainement) :

- Le diable donne la capacité à l’un de ses sbires de faire « moisir » une personne, ce que l’on peut assimiler à la possibilité pour nos dirigeants de commander à l’un de leurs agents derrière les technologies d’attaquer telle ou telle personne pour lui faire perdre sur quelques années son capital santé, comme c’est le cas pour moi ;

- « Si on agit pour le compte de, c’est comme si ce n’était pas vraiment nous… » : Je n’ai pas les termes exacts mais c’est quasiment ça. Il faut comprendre ici que les puissants agissent à travers les personnes, qui leur ont voués allégeance d’une manière ou d’une autre (chaque cas est unique), en leur demandant une action, une parole ou toute chose en toute conscience. Ce serait donc à prendre comme si l’une de ces personnes (ou marionnette) prononçait cette phrase en se rassurant (du moins en essayant) sur le fait qu’elle n’est pas responsable du mal qu’elle répand dans ce monde à cause d’eux et qu’elle est le plus souvent, c’est ce que je pense et Dieu merci si j’ai raison, contrainte de réaliser.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/11/2013